Mehryl Levisse

Mehryl Levisse
Gymnophoria [1]
2018

Publicités

Mehryl Levisse

Mehryl Levisse (né a Charleville-Mézières) est un artiste français qui explore les frontières,
les enjeux sociologiques et les représentations archétypales du corps, au travers de
médiums tels que la photographie, l’installation ou les pratiques performatives.

Diplômé d’un master en Théorie et Pratique de l’Art Contemporain et des Nouveaux
Médias avec pour sujets de recherche, la mise en scène du corps neutre (mémoire 1),
ainsi que l’évolution des représentations des saints martyrs dans l’art contemporain
(memoire 2). Dans son travail le corps n’est pas une fin mais un commencement, un
matériau malléable et adaptable aux idées. Mehryl Levisse se met en scène dans des
environnements de fortune inspirés par son histoire familiale, la littérature, les expériences
de vie, la philosophie, la musique, la mythologie, le cinéma, les cultures populaires et
beaucoup d’autres sources encore… Ses captations photographiques (terme personnel au travail de l’artiste) à la fois pathétiques et critiques questionnent et parodient la société,
utilisant les codes du théâtre et prenant le corps comme s’il était un objet.

La transversalité de son travail – il a pratiqué la danse (classique, moderne jazz,
contemporaine) près de vingt ans – l’incité à collaborer avec philosophes, théoriciens du
langage, chorégraphes, musiciens, marionnettistes, chercheurs, danseurs, sociologues.

En 2011 il part à Casablanca (Maroc) pour assister l’artiste contemporain Hassan Darsi
ainsi que de la chorégraphe et danseuse contemporaine Meryem Jazouli – fondatrice de
L’Espace Darja, unique espace de danse contemporaine au Maroc -, jusqu’en 2014.

Cette même année 2011 afin de palier à l’absence de structure et de programmation
dédiée à l’art contemporain à Charleville-Mézières, il fonde Balak, un espace temporaire
d’art contemporain qui ouvre les portes d’une exposition une à deux fois par an.

Mehryl Levisse considère son travail photographique comme la trace documentaire de
situations s’étant déroulées dans l’intimité de son atelier. Il construit soigneusement et
patiemment ses environnements pièce après pièce au sein de son espace de travail, dans
la volonte permanente de n’utiliser aucune retouche informatique une fois la captation
photographique réalisée.

Il a exposé au Mac Val (exposition collective Tous des sang-mêlés), au Musée de la
Chasse et de la Nature (Fête de l’Ours 1 & 2), à la Bibliothèque des Arts Décoratifs (solo
De l’importance du motif, oeuvre in situ et pérenne), au Centre Pompidou (projet solo
Images artifices au Studio 13/16), à New York à la Galerie Catinca Tabacaru (solo Birds of
a feather fly together), au Frac île-de-France (solo Société secrète dans la vitrine de
l’Antenne), entre autres.

Il réalise actuellement une tapisserie avec La Cité Internationale de la Tapisserie
d’Aubusson et prépare un solo à l’Institut Français de Casablanca. Il fait également partie
de l’exposition collective sur la figure du grotesque qui a lieu au Musée des Beaux-Arts de
Saint-Pétersbourg en décembre.

Il est représenté par la Galerie Catinca Tabacaru de New York. Il vit et travail entre
Casablanca, Charleville-Mézières et Paris.