enrichissements 2016-17

enrichissements 2016-17

Martine Aballéa, Lara Almarcegui, Eleanor Antin, Carl Andre, Barbara Bloom, Alighiero Boetti, Alex Chevalier, Henri Chopin, George Brecht & Robert Filliou, J. R. Carpenter, Laurie Clark, Bob Cobbing, Ian Hamilton Finlay, Simone Forti, Thomas Geiger,
Paul-Armand Gette, Guerilla Girls, Richard Hamilton, Raoul Hausmann, Pati Hill, David Horvitz, Ernst Jandl, Alan Kaprow, Kasper König, Richard Long, Laurent Marissal, Linda Montano, Richard Long, Seiichi Niikuni, Friederike Pezold, Tomas Schmit, Carolee Schneemann, Athena Tacha, Erica Van Horn, Joyce Wieland…

exposition  14/02/18 17/06/18

Ouvert du mercredi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 18h 30 sauf jours fériés.
Entrée libre

 

 

Publicités

Guillaume Perez

Surface (blanc), 2017. Bâche, clous. Dimensions variables

Guillaume Perez développe un travail de peinture dans lequel place importante
est donnée aux matériaux, ainsi qu’aux questions de rythmes et d’espace.
Qu’ils soient trouvés ou achetés et utilisés tels quels, les supports qu’il utilise
sont choisis pour leurs qualités matérielles et picturales, aussi, l’artiste joue
avec ces caractéristiques dans chacun des projets qu’il développe.
Présentée dans la salle des conditions atmosphériques, Surface (blanc) répond
à ces questionnements. En effet, l’artiste fait le choix de créer un damier sur le
sol de cet espace que le spectateur ne peut traverser et/ou expérimenter
physiquement à partir de bâches tressées blanches. Ou plutôt, supposées blanches.
Ces dernières changent de couleurs et se chargent de l’espace environnant : par
beau temps, ceux-ci se voilent d’un bleu léger, l’ocre des murs les jaunis, alors que
la pluie et la proche végétation vont progressivement les verdir durant tout l’hiver.

Alex Chevalier

Alex Chevalier

En regard des pratiques de l’art conceptuel et post-conceptuel, mais aussi en écho à celles de l’art minimal, je me suis toujours posé la question du rôle, de l’importance, de l’espace dans les pratiques contemporaines. Comment un espace, quel qu’il soit – public ou privé, extérieur ou intérieur – influe-t-il sur la pratique d’un artiste ? C’est en me posant cette question que très naturellement, j’en suis venu dans un premier temps à développer des projets curatoriaux, puis à écrire sur ces mêmes questions qui m’animent.
Dès mes premiers projets en tant que curator, j’ai fait le choix de travailler à partir d’un espace modeste, connu de tous et facilement reproductible, une feuille de papier A4. Dès lors, toute une série de questions se sont posées à moi : l’invitation, la production, la distribution, la réception… des questions, qui des années plus tard me semblent toujours d’actualité et ne cessent de m’animer.
Suite à l’invitation faite par Didier Mathieu à venir en résidence de recherche au CDLA à l’automne 2017, j’ai de suite voulu travailler sur deux pratiques spécifiques de l’édition, à savoir l’espace éditorial comme espace curatorial, et l’idée de l’auteur comme producteur de son propre espace. Dès le début de la résidence, je me suis donc fixé l’objectif de mener une recherche sur les différentes formes et enjeux que chacune de ces notions pouvaient créer – la première me conduisant alors vers un long travail d’écriture et de mise en place d’un répertoire des « livres/expositions « et la seconde vers une étude des formes mises en place par les artistes pour se créer des espaces de partage propres à leurs pratiques. Cette dernière donne alors suite à une exposition construite durant la résidence et présentée au CDLA.

 

Après l’obtention d’un DNSEP en art en 2013, Alex Chevalier a décidé, et ce, en regard d’une certaine histoire de l’art, mais également envers ses propres préoccupations, de mener une pratique artistique ainsi qu’une pratique curatoriale. En effet, s’interrogeant sur les lieux d’action et d’exposition des artistes ainsi que sur le rôle (et l’importance) de l’espace dans les pratiques contemporaines, Alex Chevalier développe une pensée péninsulaire qui considère chaque espace pour son potentiel conceptuel. Aussi, que ce soit ces espaces qu’il appelle «espaces quotidiens» (comme peuvent l’incarner la feuille de papier, le livre, la rue…), mais aussi les espaces dédiés à l’exposition (de type white cube), chacun est utilisé et travaillé selon les contraintes et possibilités curatoriales et intellectuelles que ce dernier offre.
Dans ce souci de travailler avec les artistes sur des formes de monstration spécifiques, chacun des projets qu’il met en place, trouve une forme qui varie selon le propos défendu dans chacun d’entre eux. Aussi, depuis 2012, Alex Chevalier a eu l’opportunité de mener des projets dans l’espace public (Hors Des Murs), sur des territoires familiers comme peuvent l’être la feuille A4 (Kontakt), le livre (Les Invisibles) ou encore le site internet (artmusicvideo), ainsi que dans des espaces dédiés à la monstration et aux rencontres avec un public (Répétition – Silence, Le Rythme des Choses…). Une pratique curatoriale qui se passe donc dans la réappropriation des espaces et par laquelle il provoque des rencontres artistes-artistes / artistes-publics / œuvres-espaces / corps-espaces et qui s’adaptent aux différentes contraintes (techniques, sociales, géographiques et économiques) que chacun des espaces imposent.